Groupe Sugano 8 2009.jpg

  Culture  

Livres

Sélection de livres sur l'Aïkido, les arts martiaux et le Japon.

Évadez-vous !

Aïkido, étiquette et transmission

par Tamura Nobuyoshi

Comme son nom l’indique, ce livre aborde deux aspects de l’art martial et se veut une sorte de manuel abordant tout ce que l’on trouve autour de la technique pure.  Sous ces deux vocables, étiquette et transmission, Tamura senseï nous présente le rôle de l’enseignant, les différentes méthodes de transmission, la finalité de l’enseignement, le dojo, les examens, les débutants, les démonstrations et le matériel. Il conclut avec un court chapitre sur l’enseignement du fondateur.
Très bel ouvrage, copieusement fourni en superbes photographies, qui je pense, remplit sa mission. En effet, il répond à de nombreuses questions et permet de percevoir l’enseignement de Tamura Senseï. Parfait pour quelqu’un qui pratique depuis quelques années ou qui s’intéresse au fond culturel de l’aïkido.

Maître Morihei Ueshiba, présence et message

par André Nocquet

Livre recueil d’André Nocquet sorti en 1975,  dans lequel il propose des photos inédites et des pensées de  Maître Ueshiba. Il nous parle de son expérience au sein de l’Aïkikai entre 1955 et 1957.    
Nous decouvrons son experience de pratiquant dans un univers qui n’avait jamais été dévoilé. On peut y lire tout le respect qu’il éprouvait pour le fondateur.    
C’est un ouvrage magnifique, contenant peut-être les plus belles photos d’O'sensei et ses pensées philosophiques.
Un plaisir à feuilleter et un indispensable pour votre aïkidothèque

Les Maîtres de l'Aïkido

par Stanley Pranin

Stanley Pranin était l’un des spécialistes mondiaux de l’histoire de l’aïkido. Il a, dans ce recueil, interviewé certains élèves d’O’senseï, d’avant la seconde guerre mondiale. Il a réalisé un travail impressionnant, tant par la qualité des questions que par la durée des entretiens qui sont passionnants. On est surpris par la franchise des différents maîtres, qui redonnent une dimension humaine au fondateur de l’aikido. On découvre avec intérêt quantité d’anecdotes concernant une époque peu connue du grand public (notamment la personnalité de Takeda Sokaku).

Ceci nous rappelle que l’aïkido s’est développé au cours de longues années mais également qu’il y a eut d’autres générations avant celles des maîtres que nous connaissons et qui ont eu une influence plus grande en dehors du Japon.
C’est un  bijou historique pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur O’senseï sans la mythologie créée par John Stevens.

Les trois Maîtres du Budo

par John Stevens

Petit livre proposant une étude sur les pères des trois plus importants budo modernes. Reprenant la vie de chacun, en l’émaillant d’anecdotes, de précisions et de quelques analyses, il permet d’aborder de manières assez synthétique la vie de trois grands hommes, dont les portraits ornent les dojos du monde entier.    
Bonne introduction pour qui désire en savoir un peu plus sans être un spécialiste en histoire des arts martiaux japonais. J’aurai préféré un peu plus d’objectivité, notamment dans la partie consacrée à Moriheï Ueshiba, où l’on sent l’adoration de l’auteur pour cet homme (rappelons que John Stevens enseigne l’aïkido).   

Miyamoto Musashi

par Kenji Tokitsu

Impressionnante recherche sur le plus célèbre des sabreurs japonais. Nouvelle traduction du traité des cinq roues, étude des autres écrits du samouraï, biographie complète, rapport entre Musashi et l’art martial…                                 
L’auteur, au-delà de ses qualités de chercheur, est un très sérieux pratiquant, et cela se sent, les liens avec les arts martiaux et la compréhension de la dimension martiale de Musashi ne trompent pas. Nous avons pu également apprécier le ton employé, engagé sur le fond, mais très objectif au sujet du personnage.
Seul regret, les très nombreuses notes, réparties en fin d’ouvrage et en fin de chapitres rendent sa lecture ardue, mais il serait vraiment dommage de faire l’impasse sur des précisions passionnantes.

Le Clan des Otori

par Lian Hearn

Au XIVe siècle, dans un Japon médiéval mythique, le jeune Takeo grandit au sein d’une communauté paisible qui condamne la violence. Mais celle-ci est massacrée par les hommes d’Iida, chef du clan des Tohan. Takeo, sauvé par Sire Shigeru, du Clan des Otori, se trouve plongé au cœur de luttes sanglantes entre les seigneurs de la guerre. Il doit suivre son destin.  
Mais qui est-il ? Paysan, seigneur ou assassin ? D’où tient-il ses dons prodigieux ? Lorsqu’il rencontre la belle Kaede, un amour fou naît entre les deux jeunes gens : devra-t-il choisir entre cet amour, sa dévotion à Sire Shigeru et son désir de vengeance ?    

Magnifique roman épique fantastique sur fond de japon médiéval, le tout dans un univers où la magie entoure nos héros.    

Aïkido, nature et harmonie

par Saotome Mitsugi

Ouvrage indispensable pour toute personne désirant suivre ou connaître Saotome Mitsugi. Il n’a pas vocation à être une référence technique, mais représente la philosophie de ce shihan. On y trouvera de nombreuses anecdotes sur l’expérience de l’auteur en tant qu’uchideshi ou dans ses rapports avec O’senseï. Il aborde également, l’histoire, les principes du budo, de la vie et sa manière de voir le monde. Il est à noter que Saotome a réalisé l’ensemble des illustrations et calligraphies de l’ouvrage.
On peut reprocher deux petites choses : Tout d’abord, ce livre, du point de vue de l’édition, commence à accuser son âge (photos, mise en page…). Ensuite, je pense que cet essai représente la vision de Saotome senseï de manière très personnelle et ne peut se lire comme une référence objective du budo. Ce dernier point constitue également son atout principal.
Pour qui adhère au personnage, ou désire connaître l’un des rares senseï à avoir développé une réelle philosophie, c’est l’ouvrage idéal.

 

Tokyo Vice

par Jake Adelstein

Jake Adelstein est le premier étranger à avoir intégré la rédaction du journal Yomiuri Shinbun. Pendant plus de 10 ans, il couvre des sujets liés au trafic d’êtres humains, et le crime organisé. Suite à son enquête sur les Yakusas, sa famille va être placée sous la protection du FBI pendant plusieurs années.                                 
Dans ce premier opus, le lecteur plonge dans un Japon sombre et méconnu,  sans fioritures, et loin des clichés de cartes postales habituels.                                
Ce livre est un excellent compromis entre un polar mafieux et une enquête journalistique, qui nous fait découvrir,  à un rythme soutenu, l’envers de la société nippone !                    
Bonne lecture !

Budo.jpg

Budo

par Morihei Ueshiba

Budo est le seul livre écrit par O’senseï ce qui en fait un ouvrage d’exception. Dictionnaire technique, bible de l’aïkido ayant créé beaucoup de polémiques sur internet, il a le mérite d’être magnifique tant par ses photos que par sa modernité. Il fut publié en 1938 pour un haut dignitaire japonais et quelques élèves. Il fut par la suite perdu, échangé sous le manteau, utilisé comme référence par ses plus proches élèves, jusqu’à ce que Stanley Pranin le retrouve.
On peut y voir des photos de O’senseï accompagné de son uke favori de l’époque, Shigemi Yonekawa sensei. Ont été rajoutées des prises de vue de 1962 à Wakayama. La préface est une biographie de O’senseï par son fils, Kisshomaru Ueshiba.

Si vous ne l’avez pas, vous devez vous le procurer !    

Les 47 ronins livre.jpg

Les 47 Rônins, le trésor des loyaux samouraïs

par Georges Soulié de Morant

C’est l’histoire de la vengeance la plus célèbre du Japon et du pacte de 47 samouraïs d’Ako. Ils se vengèrent pour la mémoire de leur daimyo Naganori Asano de la province de Narima, trahi par le chambellan du shogun, Kira Yoshinaka Kozukenosuke, et qui fut contraint au seppuku en 1701.
L’une des histoires de samouraï les plus populaires au Japon, indispensable à lire. Raconté  par le plus jeune des samouraïs, nous suivrons le déroulement de la vengeance de l’intérieur, ce qui la rend encore plus agréable à lire.
Cette édition est magnifique, la qualité du papier, des estampes (une pour chaque personnage) en font un livre véritablement réussi.   

la pierre et le sabre.jpg

La Pierre et le Sabre / La parfaite Lumière

par Eiji Yoshikawa

Takezo, fils de samouraï déchu, s’engage à 17 ans avec son meilleur ami dans la bataille de Sekigahara, afin de devenir un célèbre samouraï. Laissé pour mort, il parcourt le Japon en quête de reconnaissance.
L’auteur nous fait suivre la première partie de la vie de Miyamoto Musashi, le plus célèbre des sabreurs japonais, invaincu tout au long de sa vie. Les deux romans se divisent
la période de duels de Miyamoto Musashi, jusqu’à son dernier, celui qui l’oppose à Sasaki Kojiro.    
Sorte de « 3 mousquetaires » nippon, ce livre est la bible même pour quelqu’un ne pratiquant pas les arts martiaux. L’auteur nous donne sa vision de ce personnage historique, ce qui lui a valu de nombreuses critiques, positives ou non. Il a donné un nouvel élan aux samouraïs, et popularisé leur image.      
Je conseille à toute personne ayant aimé cette œuvre de lire une biographie de Musashi, et le traité des cinq roues. 

Etiquette et transmission.jpg
Encyclopedie.png

Encyclopédie des arts martiaux de l'Extrême - Orient

par Gabrielle Habersetzer, Roland Habersetzer

Vaste encyclopédie, extrêmement bien documentée, indispensable.    Que dire, sinon que ce livre est une véritable bible pour qui s’intéresse aux différents arts de combats. Véritable mine d’or, l’une de ses forces, hormis sa quasi-exhaustivité, repose à mon sens
dans la multiplicité des approches, ainsi on trouvera des précisions sur un fait historique, un professeur, une technique, un art, une arme…      
S’il n’y a pas de photographies proprement dites, les illustrations sont variées, avec de nombreux dessins, calligraphies, tableaux… Le cadeau parfait pour une personne désirant approfondir ses connaissances de manière variée.

Rappelons (même si cette information est présente dans le titre), qu’elle ne traite « que » des arts martiaux asiatiques extrême-orientaux, par conséquent les entrées sont exclusivement des termes étrangers et asiatiques (pas de full contact, de capoeira ou de savate par exemple).   

livre nocquet.jpg

L'esprit indomptable

par Takuan Sôhô

Traité philosophique d’un moine Zen japonais, Takuan Soho,  sous forme d’échanges qu’il entretenait avec Yagyu Munenori, Daimyo du clan Yagyu et bretteur célèbre. Il fait ici le rapport entre le Zen et le Budo, pensée qui deviendra un courant majeur au Japon pendant l’ère Tokugawa.                 
C’est grâce à lui et à cet écrit que Takuan Sôhô influencera Myamoto Musashi et son  « Go-rin-no-sho », ainsi que Yagyu Munénori et « le sabre de vie ».                 
Le livre est divisé en 3 parties, 3 correspondances  distinctes. Très facile à lire, passionnant et d’une portée on ne peut plus importante pour tout pratiquant de budo.   

l'esprit indomptable.jpg
les maitres de l'aikido.jpg
Les 3 maitres du budo.jpg
Musashi par kenji tokitsu.jpg
le clan des otori.jpg
nature et harmonie.jpg
Tokyo-Vice.jpg